Fiche pratique

Comment faireface à la dyslexie ?

De nombreuses personnes souffrent de dyslexie. Si elle est difficile à vivre au quotidien pour les enfants, des solutions existent. On vous donne les clés pour mieux soigner les maux liés à ce trouble de l’apprentissage.

18 oct. 2019

5 minutes

Qu’est-ce que la dyslexie ?

Relativement fréquente, la dyslexie affecte l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Certains chercheurs pensent qu’elle est liée à un mauvais fonctionnement des mécanismes du cerveau impliqués dans la représentation et le traitement des sons de la parole.

 

Huit problèmes fréquemment rencontrés par un enfant dyslexique :

  1. Des difficultés pour lire à haute voix et/ou comprendre ce qui est lu, voire différencier des formes assez similaires : f/t, m/n, n/r, p/q, b/d
  2. Des confusions dans la distinction des sons proches
  3. Une orthographe déficiente
  4. Une lenteur dans la pratique de l’écriture et de la lecture
  5. Une difficulté à distinguer la gauche de la droite
  6. Une mauvaise orientation dans l’espace
  7. Une grande fatigue due à l’énergie dépensée pour compenser son handicap
  8. Un découragement face à la lenteur des progrès effectués

 

Bon à savoir :

La dyslexie est en général détectée après l’apprentissage de la lecture, à partir du CP. On peut véritablement parler de dyslexie lorsque l’enfant présente un retard de 18 mois entre l’âge lexique (déterminé à partir d’un test de lecture) et son âge réel.

Les étapes clés du diagnostic

Votre enfant rencontre des difficultés pour lire ? Voici les démarches à effectuer :

  1. Demander un entretien avec son enseignant
  2. Prendre rendez-vous avec son médecin traitant
  3. Faire un bilan de langage écrit chez un orthophoniste
  4. Établir un bilan neuropsychologique (seulement en cas de grande souffrance de l’enfant)

 

À noter :

Dans certains cas, d’autres examens médicaux pourront être nécessaires : bilan ORL, bilan ophtalmologique, bilan psychomoteur et bilan orthoptique.

Comment la soigner ?

Un enfant dyslexique peut garder des séquelles toute sa vie. Mais une prise en charge médicale et un enseignement adapté pourront l’aider dans son épanouissement.

 

Quelle prise en charge médicale ?

Les séances de rééducation orthophonique 

Elles ont lieu une à deux fois par semaine pendant 30 à 45 minutes. L’orthophoniste va faire travailler l’enfant sur les erreurs qu’il commet lors de la lecture et de l’écriture.

Les séances avec un psychologue et/ou un neuropédiatre (facultatives) 

Si l’enfant souffre de ses difficultés d’apprentissage, ces séances lui permettront de déceler ses points forts et de trouver les ressources pour mieux y faire face.

Les séances avec un psychomotricien (facultatives)

Le psychomotricien va travailler sur la latéralité, les troubles de la coordination et de l’équilibre, la motricité fine, les fonctions visuo-spatiales, le repérage dans le temps ou encore le graphisme.

Les séances avec un orthoptiste (facultatives)

L’orthoptiste peut être sollicité si l’enfant présente des troubles de la vision. Il travaillera sur l’acuité visuelle, sur les mouvements oculaires, sur la coordination œil-main ou encore sur la reconnaissance des lettres et de l’ordre dans lequel elles sont placées.

 

Quelle attitude adopter durant l’enseignement ?

Les enseignants ont un rôle clé à jouer dans la manière de faire participer et travailler l’enfant.

Sept conseils pour enseigner à un enfant dyslexique :

  1. Interroger le plus possible l’enfant à l’oral
  2. Valoriser ses efforts
  3. Lui donner moins de documents à lire
  4. Lui fournir les exercices en avance et lui lire les consignes
  5. L’encourager à développer des compétences dans les disciplines où il est le plus à l’aise
  6. Choisir des méthodes d’évaluation positives
  7. Privilégier les cours avec un plan logique et des couleurs pour se repérer

 

Que faire à la maison ?

Les parents d’un enfant dyslexique peuvent bien entendu contribuer à son bien-être.

Six astuces pour favoriser son épanouissement :

  1. Être patient : la progression de l’enfant demande souvent du temps.
  2. Valoriser son enfant dans les disciplines où il est le plus à l’aise comme le sport, les mathématiques ou les arts.
  3. Eviter de s’opposer lorsqu’il ne veut pas faire ses devoirs. Il vaut mieux faire une pause et attendre un moment plus calme.
  4. Jouer aux jeux de société. Ces derniers pourront faire appel à certaines compétences de l’enfant sur un mode ludique.
  5. Être attentif à son sommeil. Un sommeil perturbé peut engendrer des troubles de l’attention et accentuer ses difficultés d’apprentissage.
  6. Fréquenter des associations spécialisées dans la dyslexie facilite les rencontres avec d’autres parents d’enfants dyslexiques. L’occasion d’échanger et de trouver quelques précieux conseils.

La dyslexie en chiffres

  1. 15 % des enfants en France
  2. 5 % de la population tout âge confondu en France
  3. 50 % des dyslexiques ont des antécédents familiaux
Haut de page