Article

Petite enfance :comment apprivoiser les écrans ?

Faut-il craindre ou au contraire espérer de l’utilisation des écrans pour le développement des enfants ? Les risques existent, mais un usage raisonné des outils numériques peut aussi offrir des opportunités éducatives nouvelles.

12 févr. 2020

5 minutes

« Les enfants exposés aux écrans le matin avant l'école multiplient leur risque de développer des troubles primaires du langage (non dus à des handicaps ou à des pathologies) ». Ce constat est tiré d’une étude menée par Manon Collet, médecin généraliste et publiée en janvier 2020 sur le site de Santé Publique France. Sur l’échantillon de 276 enfants, âgés de 3,5 à 6,5 ans, étudié dans cette enquête, 94,2 % des enfants avaient accès à la télévision, la moitié (53,5 %) à une tablette et un tiers à un ordinateur (32,4 %), une console de jeu (34,9 %) ou un smartphone (30,2 %). Ces enfants ont étéexposés aux écrans pour la première fois à un âge moyen de 12,4 mois. Des chiffres qui témoignent de l’utilisation massive des écrans chez les jeunes enfants en France, où une famille possède en moyenne 9,8 écrans et où 73 % des enfants ont, au moins, un écran personnel.

Des impacts négatifs avérés

La pratique excessive d’écrans peut avoir de lourdes conséquences sur la santé, le bien être et l’avenir des enfants. Elle peut agir sur le développement du cerveau et l’apprentissage de compétences fondamentales. Selon une étude de l'Université de Calgary publiée en janvier 2019, les enfants d'âge préscolaire qui passent trop de temps devant un écran (soit plus d’une heure par jour) font partie de ceux qui présentent des retards et des déficits d'apprentissage à leur entrée à l'école. Les capacités d’attention et de concentration sont également diminuées. Par exemple, les plus âgés se laissent plus facilement divertir par leur téléphone au moment de faire leurs devoirs.

Le bien-être des enfants peut aussi en être affecté. Dormir avec son téléphone à proximité provoque davantage de troubles du sommeil. L’usage intensif des écrans agit aussi sur le comportement : la relation parents-enfants se détériore, la tendance à grignoter devant un écran accentue le risque d’obésité, la fréquentation régulière des réseaux sociaux, sans participation active, accroît les risques de dépression. Ce comportement a une influence négative sur le développement émotionnel et l’estime de soi de l’enfant.

Mais aussi des opportunités à saisir

Mais le tableau n’est pas si noir. Les écrans permettent aussi à l’enfant de développer de nombreuses capacités. À l’école, l’outil numérique est une opportunité pour acquérir les bases des connaissances et des savoir-faire informatiques, mais aussi le moyen de valoriser la créativité des élèves : présentation de leur école sur un site internet, utilisation des smartphones ou consoles pour les faire travailler dans une forme de « colonisation positive des usages », création de « serious game » éducatif (calcul, lecture, sciences…), etc.

L’avantage des supports numériques est aussi d’offrir des outils adaptés à chaque élève, à ses compétences, à son rythme, facilitant l’autoformation et donc l’apprentissage. Un tel usage sera d’autant plus efficace qu’il sera stimulé par un échange, un dialogue, une intervention pédagogique. En exerçant l’intelligence fluide, rapide et multitâche de l’enfant, l’outil numérique participe, comme le rappelle les neurosciences, à la mise en place d’une pédagogie s’adressant au cortex préfrontal qui régit les fonctions exécutives du cerveau. Finalement, l’utilisation des écrans doit inciter à la vigilance mais ne doit pas être dramatisée.

 

PM-DossierEcransEnfants-infographie.jpg

Haut de page