Article

Plongée dans la biodiversitéguyanaise inexplorée

Participer à la connaissance de la biodiversité et à sa protection est l’un des volets du partenariat qui unit GMF et les parcs nationaux de France depuis 12 ans. Dans ce cadre, GMF a apporté son soutien au Parc amazonien de Guyane pour une mission de découverte dans la zone du Haut Koursibo.

10 juin 2020

3 minutes

Attachée aux notions de respect et de solidarité, GMF a noué un partenariat avec les parcs nationaux de France sur le thème « la nature en partage ». Il s’agit d’offrir un accès facilité pour tous aux territoires des parcs nationaux, y compris les personnes en situation de handicap. Des actions d’insertion sociale ont été engagées, avec notamment un dispositif d’accueil privilégié des jeunes en service civique. La restauration de la biodiversité et sa protection par la réintroduction ou le suivi d’espèces y est aussi encouragée ainsi qu’une politique de prévention des risques efficace. Depuis 2008, ce sont près d’une centaine d’actions qui ont été réalisées sur l’ensemble des onze parcs nationaux.

« Ce partenariat a permis la mise en place de plusieurs programmes pluriannuels ciblés sur l’accessibilité des territoires du sud Guyane et sur l’exploration scientifique de secteurs peu connus », explique Pascal Vardon, Directeur du Parc amazonien de Guyane.

Dans le cadre de son engagement en faveur de la biodiversité, l’un des quatre axes du partenariat, GMF a enclenché en 2019 une nouvelle étape du programme pluriannuel « Le parc revisité : découverte de la biodiversité des zones inexplorées du Parc amazonien ».

Du 13 au 22 novembre, en pleine saison sèche, une mission scientifique est partie à la découverte de la biodiversité inexplorée du Haut Koursibo. Cette zone forestière située entre le Parc amazonien de Guyane et la Réserve naturelle nationale de La Trinité, 5e plus grande réserve de France, abrite une grande variété d’espèces végétales et animales.

PNF_Koursibo_1.jpg

Évaluer la richesse des espaces protégés et des zones inexplorées

Réunissant des scientifiques pluridisciplinaires, herpétologues (spécialistes des reptiles et amphibiens), ichtyologues (poissons), ornithologues, arachnologues et botanistes, la mission a permis de réaliser des inventaires dans des secteurs n’ayant jamais été prospectés jusque-là. En attendant les rapports définitifs des chercheurs, les premiers résultats s’annoncent prometteurs avec l’inventaire de 60 espèces de poissons, 35 de reptiles, 47 d’amphibiens, 200 de plantes et d’une diversité de scorpions remarquables.

« Parmi les observations notables, on peut noter la présence de polissoirs amérindiens témoignant d’une occupation ancienne du site et celle de loutres géantes, espèce indicatrice de la bonne conservation des habitats » ajoute, Audrey Thonnel, Technicienne Recherche et Développement du Parc amazonien de Guyane.

PNF_Koursibo_3.jpg

Aux côtés des parcs nationaux de France, GMF oeuvre pour la nature

Le concours financier de GMF a permis de prendre en charge une grande partie de la logistique de cette mission scientifique tout en facilitant le travail des chercheurs sur le terrain. En 2018, l’expédition sur le site du mont Mamilihpan (Sud Guyane) avait déjà été soutenue. Connaissance des habitats, de la flore, des insectes, des vertébrés… mais aussi échanges de bonnes pratiques entre les scientifiques…, les bénéfices de ces missions sont considérables.

« Nos travaux concernent aussi les zones présentant un intérêt patrimonial fort, comme la Mamilihpan, avec ses peintures rupestres, ses sites d’occupation précolombienne et son inselberg qui constitue un habitat rare et particulier », conclut Arnaud Anselin, Directeur adjoint du Parc amazonien de Guyane.

Découvrez ci-dessous le film d’Aurélien Brusini, membre de l’expédition, qui permet de saisir les réalités, difficultés et émerveillements de la mission du Haut Koursibo :

Pour approfondir

« Le parc revisité » : programme d’exploration des zones inexplorées du territoire guyanais

Dans le cadre de sa stratégie scientifique 2018-2028, le Parc amazonien de Guyane a mis en place un programme d’exploration des zones inexplorées afin d’acquérir des connaissances sur les habitats et les zones inconnues de son territoire. Certains espaces n’ont en effet jamais fait l’objet d’explorations naturalistes et les milieux naturels qu’ils hébergent sont totalement inconnus de la communauté scientifique. Le programme d’exploration vise donc à enrichir les connaissances pour engager des politiques de prévention, de gestion et de restauration de la biodiversité.

Haut de page