Fiche pratique

Mieux gérer la douleurliée aux TMS

Insidieux et douloureux, les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) sont très difficiles à vivre au quotidien. Ils touchent un nombre croissant de salariés et aucun métier n’est épargné. Voici quelques astuces pour limiter la douleur.

05 nov. 2019

4 minutes

Qu’est-ce que les TMS ?

Les TMS se caractérisent par des douleurs au niveau des articulations. Dans cette partie de notre corps, les os sont maintenus par de nombreux ligaments, muscles et tendons. Chaque jour, nous effectuons des gestes répétitifs qui peuvent endommager ces tissus et créer des inflammations. On parle alors de TMS.  On recense sous cette appellation une quinzaine de pathologies, plus ou moins connues. Bien qu’ils aient des origines très diverses, les TMS sont souvent liés aux conditions de travail.

Trois exemples de TMS :

  1. les lombalgies (douleurs localisées dans le bas du dos)
  2. les cervicalgies (douleurs localisées dans le haut du dos)
  3. le syndrome du canal carpien (engourdissement du pouce, de l’index et du majeur)

Les signes qui doivent m’alerter

Une gêne articulaire, même légère, doit être prise au sérieux. Selon les zones, les symptômes varient. Il peut s’agir de fourmillement, de douleur, de crampes, de raideur ou encore d’une perte de sensation. Au départ, la gêne surviendra pendant l’activité et disparaîtra durant les temps de repos. Peu à peu, les symptômes deviendront plus vifs et persistants. A terme, cela peut altérer votre capacité à réaliser correctement vos tâches quotidiennes.

Les zones à surveiller :

  1. la nuque et le cou
  2. les épaules
  3. les mains, poignets et doigts
  4. les coudes et avant-bras
  5. le bas du dos
  6. les genoux et les jambes

Comment puis-je prévenir leur apparition ?

Comme tous les salariés, en tant qu’agent du service public, vous êtes malheureusement concerné par les TMS. Que vous exerciez votre fonction dans un bureau ou sur le terrain, quelques gestes peuvent vous permettre de limiter leur apparition.

 

Je varie les postures

Attention à ne pas rester dans la même position pendant plusieurs heures d’affilée. L’idéal est de changer de position toutes les deux heures, que l’on travaille debout ou assis derrière un ordinateur. Dans ce dernier cas, on peut, par exemple, déplacer son tapis de souris ou incliner différemment son fauteuil.

 

Je limite les mauvaises postures

Les postures inconfortables peuvent être lourdes de conséquences. Si elles sont prolongées, elles nuisent à la vascularisation des tissus avec, à la clé, un risque d’inflammation. D’où l’intérêt de les limiter en adoptant quelques reflexes. Si vous soulevez une charge lourde, pensez à plier les genoux pour garder le dos bien droit. Attention aussi à l’éclairage. Les douleurs aux cervicales sont souvent liées à une luminosité insuffisante qui vous pousse à fléchir le cou pour mieux voir.

 

Je m’étire

Pour dénouer les zones de tension, on n’hésite pas à s’étirer régulièrement. Certains exercices de gymnastique sont également efficaces. Si vous souhaitez soulager vos cervicales, vous pouvez, par exemple, croiser les doigts derrière la nuque et faire des petits mouvements de la tête.

 

Le saviez-vous ?

Le stress aggrave les douleurs liées aux TMS car il empêche le bon relâchement des muscles.

Comment puis-je ? me soigner

S’ils sont pris en charge rapidement, les TMS peuvent disparaître. Comment ? Grâce à des traitements médicamenteux (antalgiques et anti-inflammatoires) délivrés par le médecin traitant. Dans certains cas, la chirurgie et les infiltrations de corticoïdes peuvent être nécessaires. On peut également soigner certains symptômes grâce à des séances chez un ostéopathe, un étiopathe, un kinésithérapeute ou un chiropracteur.

Haut de page