Article

Une véritable chaîne humainecontre le Covid-19

Que vous soyez soignants, sapeurs-pompiers, policiers, gendarmes, enseignants, militaires ou agents territoriaux, vous êtes tous mobilisés depuis le premier jour de cette crise inédite : vous travaillez pour sauver des vies et assurer les activités essentielles de notre pays. A vos côtés, de nombreux bénévoles s’engagent aussi sur le terrain avec détermination pour venir en aide aux malades et aux plus démunis.

27 avr. 2020

5 minutes

Un Français sur 4 est bénévole et donne de son temps pour aider les autres ou contribuer à défendre une cause. Avec l’épidémie de Covid-19, de nouvelles vocations ont vu le jour, notamment chez les plus jeunes. C’est une chance pour les associations qui ont besoin de forces vives pour poursuivre leurs activités, car certains bénévoles trop vulnérables ou trop âgés ne peuvent plus agir sur le terrain. Malgré la contagiosité du coronavirus, les associations poursuivent sans relâche leurs actions.

INTÉGRER TRÈS RAPIDEMENT LES NOUVEAUX BÉNÉVOLES

« L’accueil des nouveaux bénévoles nous a encouragés à renforcer nos actions d’intégration et de formation à distance. Les bénévoles engagés depuis longtemps continuent également à faire face aux côtés des dernières recrues », explique Nour, formatrice et équipière secouriste à la Protection Civile de l’Essonne depuis quatre ans. Outre un renfort apporté au SAMU 91 depuis le début de cette crise, elle intervient également dans les Ehpad de son département.

« Nous nous adaptons en fonction des besoins de chaque structure : secrétariat, logistique, administration, bricolage… Notre but : apporter un soutien aux résidents et au personnel et les épauler dans leur mission du quotidien. »

VENIR EN AIDE AU PLUS DÉMUNIS

Face à cette crise sanitaire, les associations se sont réorganisées pour poursuivre leurs actions :  

  • les bénévoles de la Protection Civile, maillon indispensable dans la chaîne d'assistance aux malades, continuent de venir en aide à la population, jour et nuit. Les équipes interviennent en renfort des personnels de santé sur les dispositifs sanitaires mis en place, notamment auprès du SAMU. Dans leurs véhicules de premiers secours, elles effectuent des visites à domicile, des tests et des transferts de personnes contaminées.
  • les équipes du Samu social de Paris vont à la rencontre des sans-abri et des migrants atteints du Covid-19 pour évaluer leur état de santé et leur distribuer des paniers-repas.
  • les équipes secouristes de la Croix-Rouge française mènent également des opérations de prompt secours et soulagent le SAMU et les pompiers lors des interventions. « Nos missions essentielles - secours, maraudes, aide alimentaire - ont pu être maintenues, voire renforcées, et nous avons développé de nouvelles activités, comme la livraison solidaire à destination des personnes les plus isolées. Denrées de première nécessité et médicaments leur sont livrés par des bénévoles, 6 jours sur 7, partout en France, métropole comme outre-mer », explique Caroline Soubie, Responsable Département Engagement Formation Initiative à la Croix-Rouge française.
  • les Restos du Cœur ont quant à eux mis en place  un mode de fonctionnement humanitaire d’urgence. Pour aider les plus démunis à faire face durant cette période de crise, ils ont pris des mesures exceptionnelles pour assurer la distribution des denrées alimentaires dans les meilleures conditions. Des colis sont préparés et distribués aux personnes qui viennent en faire la demande dans les centres des Restos. Malheureusement, les activités proposées habituellement (cours de cuisine, coiffure, pauses café, etc) ne peuvent être maintenues, étant incompatibles avec le respect des gestes barrières. Très engagés sur le terrain, les Restos répondent à des besoins en très nette augmentation alors que, dans le même temps, ils manquent de bénévoles, parfois d’équipements de protection, et n’ont pu maintenir tous leurs sites ouverts. Et s’ils ont reçu du soutien, notamment de la part des étudiants, ils gardent en ligne de mire l’après-crise, qui aura des conséquences sociales fortes, et pour laquelle ils espèrent pouvoir compter sur de nouvelles équipes.

PARTICIPER À DES INITIATIVES SOLIDAIRES DE PROXIMITÉ

Depuis l’annonce du confinement, de nombreuses personnes ont aussi eu envie de se rendre utiles, sans pour autant faire partie d’une association. Certaines passent des coups de fil, envoient des messages ou organisent des tournées de courses dans leurs immeubles et leurs quartiers pour maintenir un lien avec des personnes âgées, isolées et fragiles. D’autres participent à leur façon à la mission de l’hôpital, en intervenant pour des missions très opérationnelles, telles que la gestion du linge ou l’inventaire des stocks de matériel, en cuisinant de bons petits plats ou en prêtant leurs appartements. Autant d’initiatives solidaires qui visent à apporter de l’aide dans ces temps difficiles.

PM-infographie-benevolat-V2.jpg

GMF partenaire des associations bénévoles

Depuis 2015, GMF a développé un partenariat avec la Croix-Rouge française autour de la prévention. L’association bénéficie d’un simulateur de conduite pour sensibiliser les ambulanciers formés dans les centres de formation sanitaire et sociale aux risques routiers. Depuis 2020, un soutien est également apporté à la Protection Civile également autour du volet prévention, en versant des aides pour répondre aux besoins urgents sur le terrain. Un Prix valorisant les actions des associations de Protection Civile a également été créé à l’occasion de ce partenariat.

 

Bon à savoir

Comment devenir bénévole en période de confinement ?

Pour acquérir une expérience nouvelle et agir sur le terrain, vous pouvez devenir bénévole. Première étape : choisir l’association qui vous correspond et vous donne envie de déplacer des montagnes. Libre à vous de postuler alors sur le site Internet de l’organisation que vous avez sélectionnée. Choisissez les missions et la région qui vous intéressent ; l’association vous accompagnera et vous formera, dans votre engagement. Autre possibilité : rejoindre le réseau GMF « Engagés et Solidaires ». Son but : mettre en relation ceux qui ont des besoins et ceux qui peuvent aider. Et ceci, par exemple, en rendant des services de proximité, ou encore en nouant un contact avec des appels téléphoniques réconfortants. De tels gestes sont simples, mais indispensables pour créer du lien ; développer une écoute attentive entre les uns et les autres. Cette aide permet ainsi de soulager la mise en tension de notre système sanitaire et social.
Haut de page