Article

Les Français et le recyclage : bons oumauvais élèves ?

En dépit d’une réelle prise de conscience en faveur de la protection de l’environnement, les Français sont encore loin d’être exemplaires en matière de recyclage, notamment pour les emballages plastiques…

25 févr. 2020

3 minutes

Trier et recycler ses déchets semble aujourd’hui une évidence. Mais qu’en est-il dans la pratique quotidienne des Français ? En France, la réalité nous laisse encore une grosse marge de progrès… Il faut bien reconnaître que nous ne sommes pas vraiment de bons élèves en la matière : si 87 % des Français trient leurs déchets, seuls 44 % le font systématiquement d’après une enquête menée en 2016 par Éco- Emballages. À l’échelle de l’Union européenne, la France est clairement à la traîne. Non seulement elle produit chaque année plus d’ordures ménagères que la moyenne européenne (354 kg, bien au-delà des 272 produits annuellement par un Roumain), mais en plus, comparé à l’Allemagne qui produit plus de déchets municipaux, notre taux de recyclage n’est que de 43 %, contre 68 % outre-Rhin.

Emballages plastiques, le point noir

Au total, 5 tonnes de déchets par an et par habitant (déchets industriels compris) sont produites dans l’Hexagone. Parmi cette masse de déchets, des quantités astronomiques d’emballages plastiques : le point noir du recyclage en France. D’après le rapport 2019 de Plastics Europe, le taux de recyclage des emballages plastiques en France atteignait à peine 27 % en 2018, contre 42 % en moyenne en Europe. Sur les 30 pays étudiés (Union européenne, Norvège et Suisse), la France figure au 29ème rang ! Bien loin de la Tchéquie et de l’Espagne qui recyclent plus de 50 % de leurs emballages plastiques.

La nécessité de clarifier l’étiquetage

Pour autant, les Français font des efforts. Chaque année, 48 millions de tonnes de déchets ménagers sont envoyées dans des centres de traitements spécialisés. Parmi eux, les déchets organiques (épluchures, restes alimentaires, etc.) sont valorisés à 44 %, notamment sous forme de biogaz. Les bouteilles et flacons en plastique, le papier, le carton et le verre sont également bien recyclés. La majorité
d’entre nous en est consciente aujourd’hui : recycler permet non seulement de limiter les rejets de CO2, mais aussi de créer des énergies renouvelables. 

Toutefois, nombre de Français avouent encore douter au moment de trier. Leur hésitation tient à leur difficulté à interpréter les mentions « recyclé », « biosourcé », « végétal » ou encore « biodégradable ». Contrairement à l’indication « 100 % recyclable » qui ne laisse guère de doute quant au geste à adopter, les autres mentions sur les emballages ne sont pas très claires. Un travail sur l’étiquetage est donc nécessaire si l’on veut atteindre l’objectif affiché par le gouvernement de 100 % de plastiques recyclés à l’horizon 2025, contre moins de 30 % aujourd’hui.

Des objectifs chiffrés

Les objectifs européens du paquet « économie circulaire » :

  • 55 % des déchets municipaux recyclés en 2025 (60 % en 2030 % et 65 % en 2035)
  • 65 % des emballages recyclés d’ici 2025 (70 % d’ici 2030)
  • 10 % maximum de déchets municipaux mis en décharge d’ici 2035
  • Baisse de 50 % des biodéchets en 2030
Haut de page